ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La majorité louviéroise PS-MR déboutée

Ras-le-Bol 2012 : l’action impertinente d’ECOLO n’avait rien d’illégal

Le sanctionnateur provincial a décidé, de ne pas donner suite à la plainte de la Ville à l’encontre de Didier Cremer, actuel conseiller communal à La Louvière, qui, sous la bannière Ecolo, avait, pendant la campagne électorale, détourné une œuvre d’art en centre ville.

Le fonctionnaire estime en effet la plainte de la majorité PS-MR non fondée : « les faits constatés ne relèvent pas de la qualification d’affichage tel que défini aux articles 82 et 83 du règlement général de police de La Louvière ».

Ecolo salue cette décision indépendante qui, en toute logique, retient que le détournement artistique de l’œuvre d’art, qui s’inscrivait dans la campagne Métropole Culture 2012 axée sur l’impertinence, n’avait rien d’illégal ou de criminel mais s’apparentait à l’exercice d’un droit de libre expression.

L’œuvre détournée (« L’Oppressoir ») mettait en avant les abus de pouvoir de la majorité PS-MR dans la gestion de plusieurs dossiers critiques de la dernière mandature : affaire Progès, casse-vitesse de Bousoit, permis Daily Bul… Quelques accessoires (canne blanche, écharpe maïorale, panneaux agglomérés…) avaient été posés sur le monument de la Paix et des tracts d’information distribués.

On se rappelle que suite à cette opération menée symboliquement sur la place communale, devant l’hôtel de ville, la police et un agent constatateur avaient été appelés afin de dresser procès-verbal pour infraction au règlement communal. Le grief retenu contre Ecolo portait sur une large interprétation de l’article 82 qui prévoit que « tout dispositif d’annonce, de publicité ou de signalisation, tels que notamment affiches, autocollants, balisage à la peinture, ou tout autre dispositif, est interdit : - sur le mobilier urbain, tels que notamment les bancs, poubelles, abris pour voyageurs, luminaires, panneaux de signalisation routiers, potelets ; - sur les arbres et bâtiments publics, quel que soit le mode d’accrochage utilisé ».

Ecolo qui risquait une amende de 250 € avait communiqué les éléments de sa défense au fonctionnaire sanctionnateur, considérant que la plainte qui était visiblement non fondée relevait de l’intimidation et de l’abus de pouvoir politique. Il faut dire que ce détournement artistique (le deuxième du genre, le premier ayant consisté à museler la statue de louve) excédait la majorité en place, visiblement peu encline à l’humour et peu disposée à voir exposées de la sorte les turpitudes et aléas de sa politique locale.

Pendant la campagne, Ecolo La Louvière avait mené cinq autres opérations du genre, sous le label Ras-le-Bol 2012, chacune associée à un mode de gestion politique contesté de la majorité. Les actions sont toujours visibles à partir du site www.lalouviere.ecolo.be ou sur le blog de Didier Cremer https://sites.google.com.site/cremerdidier .

Avec vous !
Ecolo La Louvière à vos côtés
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page