ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand le pouvoir est nu...

Le lundi 6 janvier a vu l'épilogue d'une dispute politique, à savoir le jugement et l'exécution d'un échevinat, ceux d'un homme Toni Buscemi.

On peut apprécier ou non ce qu'a fait cet homme, avec comme nous tous ses parts d'ombre et de lumière. Soit, il a été élu et bien élu! Et logiquement son parti en fit un échevin.

Et l'homme n'a pas démérité dans le cadre de ses fonctions politiques. Qui dira ce qui a conduit le bourgmestre à relayer voire à susciter des rumeurs puis des enquêtes pour le déstabiliser et l'éliminer? Alors même que les rumeurs et les enquêtes se voient démenties ou classées sans suite, la machine lancée par Jacques Gobert ne s'arrêtera pas... La faute de Buscemi, selon ceux qui l’incriminent. Son crime n'a-t-il pas été d'avoir de la personnalité, de ne pas faire allégeance à l'autorité du maïeur ?

Toujours est-il que le spectacle donné par la majorité du conseil fut pitoyable et Choquant : tout en reconnaissant que les griefs imputés à Monsieur Buscemi s'étaient évanouis, la motion de méfiance est maintenue avec comme seul argument la perte de confiance. Et qui a suscité cette perte de confiance... sinon le bourgmestre lui-même!

Le pouvoir est nu, il a quitté ses habits démocratiques de droit et de dignité, il fallait entendre la timidité des oui à la motion de défiance prononcés par les conseillers de la majorité. J'ai senti la peur, pas uniquement celle suscitée par la présence spontanée de nombreux supporters de l'échevin rejeté, mais bien celle qui vous prend face à plus puissant que vous et qui a autorité sur vous, ici Jacques Gobert.

Au passage que penser d'une procédure qui affecte un homme et qui s'exprime publiquement... Cela m'a fait penser au tribunal de salut public de la Révolution française qui envoyait à l'échafaud.

Heureusement l'homme condamné, certes bien conseillé, s'est retiré dignement, il a tenu un discours précis, s'en tenant aux faits. Fort. Relayé par les oppositions ECOLO et CDH qui ont posé les questions dérangeantes au bourgmestre : comment était au courant des enquêtes et de leur conclusion avant même l'accusé ? Comment a-t-on construit un dossier à charge sans jamais entendre la défense de la personne incriminée ? Stigmatisant l'utilisation des médias et ainsi ne laissant pas agir la présomption d'innocence... (Au contraire de cette même opposition quand Monsieur Gobert a été il y a peu appelé devant un tribunal avant d'être acquitté).

Parmi les réactions exprimées à la presse ensuite, je vous conseille de revoir celles de l'allié libéral. Être plus Ponce Pilate, hypocrite et aveugle, c'est difficile. Mais où vivent-ils donc ? Petit hochet aux mains de Monsieur Gobert!

Cette séance nous a laissé un goût âcre en bouche, une colère rentrée. C'est aussi ça le pouvoir. Un instrument violent manipulé sans ménagement.

Louviérois, réveillez-vous!

Michel Eggermont

Avec vous !
Ecolo La Louvière à vos côtés
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page