ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une question qui dérange la majorité MR-PS

La Louvière : Le groupe Ecolo dénonce les méthodes d’obstruction du nouveau bourgmestre

Lors du conseil communal de ce lundi 12 février, le bourgmestre de La Louvière a versé d’autorité en huis clos une question relative à la gestion du Foyer louviérois que nous avions pourtant mis à l’ordre du jour en séance publique.

Le bourgmestre s’est retranché derrière les procédures en cours pour justifier sa position.

Nous nous insurgeons contre ce procédé déloyal que nous considérons comme de l’obstruction à l’information des conseillers et du public :

- d’une part parce que cette question qui demandait des éclaircissements sur la gestion du passé, sur les conséquences de la récente décision du Tribunal de travail relative au licenciement du directeur gérant et sur le renouvellement prochain du conseil d’administration n’interférait pas selon nous avec l’instruction en cours. En tout cas certainement pas sur les deux derniers points qui pour l’un avait déjà fait l’objet de déclarations dans la presse et qui relevait pour l’autre de la stricte politique communale. La majorité PS-MR avait en outre la possibilité, comme cela se pratique habituellement, de répondre en séance publique sur les points qu’elle jugeait non litigieux et aborder ceux qui l’étaient en huis clos.

- d’autre part parce qu’avant de soumettre au vote cette modification d’ordre du jour que nous contestions, le bourgmestre ne nous a pas laissé exposer à l’ensemble des conseiller les raisons qui justifiaient selon nous le maintien du point en séance publique.

Nous déplorons d’ailleurs à ce propos les méthodes d’intimidation du bourgmestre à notre égard (interruption des prises de parole en dehors des cas prévus par le règlement d’ordre intérieur, refus du droit de réplique, mise en cause du droit d’information du conseiller…), méthodes que nous contesterons auprès du pouvoir de tutelle.

Nous constatons qu’au lieu de privilégier la clarté et la transparence sur un dossier difficile qui avait égratigné l’ancienne majorité PS louviéroise, la majorité PS-MR actuelle préfère le trouble et l’opacité. Rappelons que les comptes 2005 du Foyer louviérois n’ont toujours pas été approuvés malgré le fait que les documents saisis aient été restitués en juin 2006.

Le Groupe Ecolo de La Louvière
Muriel Hanot
Jean-Pierre Michiels
Conseillers communaux


Voici le point complémentaire déposé à propos du foyer louviérois.

La Louvière, 6 février 2007.

À l’attention de Mesdames et Messieurs
le Collège des Bourgmestre et Echevins

Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames, Messieurs,

Voulez-vous avoir l’obligeance de porter les points complémentaires suivants à l’ordre du jour du conseil du 12 février prochain.

Le tribunal du Travail a récemment décidé de donner raison aux deux principaux fonctionnaires, licenciés pour faute grave par la direction du Foyer louviérois.
Cette décision (r)ouvre à notre sens deux séries de question, les unes liées à la gestion passée, les autres à la gestion actuelle voire future du Foyer.

1. Cette décision ne démontre-t-elle pas la précipitation avec laquelle le conseil d’administration du Foyer louviérois (qui alors n’avait pas encore démissionné) a tenté de désamorcer l’affaire du Foyer louviérois ? En effet, cette décision hâtive a non seulement jeté l’opprobre sur deux personnes auxquelles le Tribunal rend justice à grand frais pour la communauté, mais elle a aussi permis de masquer un certain nombre de questions qui, selon nous, sont restées sans réponse à ce jour. Ainsi, quelle(s) société(s) a ou ont bénéficié des marchés saucissonnés afin d’éviter un appel à marché public ? Des liens existaient-ils entre ces entrepreneurs et les responsables du Foyer ? Quelle instance a pris la décision (et la responsabilité) de fixer les rémunérations et les frais de déplacement ? L’AG ? Le CA ? Le comité de gestion s’était-il arrogé cette prérogative ? Avec l’aval de qui ? Etc. Un éclairage sur ces questions permettrait de lever tout doute sur des dossiers futurs.

2. La décision du tribunal du Travail. Pose la question de savoir si la collectivité doit supporter de payer de telles sommes ? Qu’en est-il de la responsabilité des administrateurs qui ont commis cette erreur ? Par ailleurs, les instances dirigeantes des intercommunales sont l’émanation des conseils communaux élus. Or, la majorité tergiverse pour en désigner de nouvelles. Quelle est la légitimité des instances actuelles du Foyer dans la mesure où elles ne reflètent plus les nouveaux conseils élus en octobre 2006 ? Le report se justifie-t-il sur la base d’une recommandation écrite du ministre de tutelle ?

Nous vous prions d’agréer, Mesdames Messieurs le Collège, l’expression de nos salutations distinguées.

Le groupe Ecolo

Muriel Hanot et Jean-Pierre Michiels
Conseillers

Avec vous !
Ecolo La Louvière à vos côtés
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page