ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand la spéculation prend le pas sur un développement urbanistique réfléchi et cohérent


En 2010, un projet d’immeuble à appartements contemporains est projeté dans la rue du Daily Bull dans le quartier du Parc, à La Louvière. Ce dossier soulève rapidement l’opposition de nombreux riverains, relayée en conseil communal par Ecolo et le CDH. Le projet se distingue par sa qualité architecturale mais il fait aussi table rase d’un ancien bâtiment remarquable, pourtant encore viable. La maison familiale doit faire place à un grand immeuble moderne de 11 appartements. La plus-value est implacable. Pour le portefeuille du promoteur. Pour le quartier, cela reste à démontrer… Tant sur le plan de la mobilité déjà en souffrance que sur le plan strictement urbanistique : le quartier du Parc est en effet l’un des plus anciens de La Louvière.

Plus de 2000 signatures citoyennes sont récoltées contre le projet, pour préserver le patrimoine existant. Mais ni la majorité PS-MR locale, ni l’Institut du Patrimoine n’ont voulu prendre leur responsabilité et accepter de protéger le quartier contre la spéculation immobilière. Pour ma part, je qualifierais d’erreur politique cette décision qui a été prise sans transigeance par les pouvoirs locaux sur le dossier.

Au-delà du simple phénomène nimby (pour « not in my backyard » dont certains ont argué bottant en touche tout débat sur le fond, la véritable question est : qu’en est- il de la qualité du projet proposé ? En valait-il la peine ?

La première version était sans doute intéressante sur le plan architectural. L’on verrait aisément ce genre de projet dans un quartier neuf et contemporain comme le sera le futur quartier Boch. Mais tel qu’intégré au quartier du Parc, il fait l’effet d’un coup de poing au milieu du visage. Car si il augmente le nombre d’habitants dans le quartier, il n’assumera pas pour autant le besoin en parking. Car par Le stationnement des véhicules des habitants et des amis de passage, Celui- il sera rapidement saturé. De plus, à proximité des ecoles, là ou le stationnement de passage est important, une question doit se poser : Est-il judicieux de placer un immeuble à habitation dans un quartier qui est déjà étouffé. Bref, c’est une véritable erreur d’intégration sur le plan urbanistique. Que certains défendront en soulignant qu’il y en a déjà tellement dans la ville qu’on peut bien en accepter une de plus ! Ah bon ? Et c’est sans doute parce qu’il y a tant de déchets à terre qu’on ne doit avoir aucun scrupule à vider ses poches à même la rue ?

Quelques mois plus tard, suite aux nombreuses critiques, une deuxième version est présentée. Le projet a perdu de « son cachet » : L’esthétique contemporaine retombe vite vers un cachet traditionnel. Mais il tente de répondre à l’essentiel des remarques –pertinentes – pointées par les riverains : meilleur intégration au bâtit existant, espace verts plus présents,… . Pour ce qui est de la valeur architecturale de la maison existante, le promoteur – et la majorité- restent sourds. Que valent le patrimoine et l’histoire devant l’intérêt non pas général mais particulier ?

Résultat ? Le jour-même de l’obtention du permis la maison était rasée. Le chantier démarrait dans la foulée, sans tarder, histoire de mieux écraser toute velléité de combat citoyen. On ne sait jamais. Aujourd’hui, des riverains se battent encore pour que les conditions liées à l’attribution du permis soient entièrement respectées. Ce qui – l’auriez-vous deviné ?- n’est pas chose acquise. Pourquoi construire en respectant les règles quand on peut les balayer d’un revers de la main dans l’indifférence de presque tous ?

L’histoire du Daily Bull n’est pas encore finie, même si les traces du passé ont cédé devant la cupidité. Les annales de la ville retiendront que la majorité d’alors aura préféré contenter l’image immédiate du progrès et la spéculation plutôt que de réfléchir à un avenir urbanistique cohérent pour notre ville et ses différents quartiers.

Voir aussi:

DOSSIER DAILLY BULL

Avec vous !
Ecolo La Louvière à vos côtés
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page