ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

De nouveaux émetteurs sur le pylône d’antenne GSM de la salle Omnisport de Strépy- Bracquegnies

Les riverains souhaitent une modification de l’orientation des antennes GSM par rapport à leur habitation.

Ce mercredi 29 février, Ecolo La Louvière organisait une séance d’information quant à l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé. Cette réunion fait suite à la décision d’implanter des émetteurs supplémentaires à proximité des habitations voisines de la rue Saint Julien à Strépy-Bracquegnies.

Michel Geerts, chercheur associé au Centre d’animation et de recherche en écologie politique Etopia, a permis d’identifier les études sanitaires qui ont été réalisées sur les effets de ces ondes électromagnétiques sur la santé humaine. Pour l’heure, il n’existe aucune étude incontestable qui a permis de démontrer scientifiquement que les ondes électromagnétiques pouvaient avoir des incidences négatives graves sur la santé. Toutefois, le manque d’études qui abonderaient en ce sens ne signifie pas pour autant qu’il n’existe aucune incidence négative sur la santé. D’abord, car il est difficile de faire des tests poussés sur l’homme sans danger. D’autre part, car il est difficile d’écarter une partie de la population non exposée aux ondes électromagnétiques et la comparer à une autre tranche de la population exposée.
De manière générale, nous sommes tous et toutes exposés de façon variable à ces ondes électromagnétiques. Enfin, il est difficile d’établir des études claires et indépendantes sans subir la pression des lobbyistes du secteur. D’autre part, s’il devait être établi plus tard de façon incontestable que ces rayonnements s’avéreraient nuisibles à la santé, il serait extrêmement difficile d’identifier les personnes responsables.

A l’heure actuelle, la norme qui prévaut en Région wallonne afin de protéger la population est de 3 volts par mètre (3V/m) pour des antennes d’un réseau d’un même opérateur soit, par antenne gsm.

La norme pourrait être plus restrictive à l’instar de ce qui est d’application dans la région de Bruxelles-Capitale. Elle prévoit une norme de 3V/M maximum d’émmission, toutes antennes confondues.

De toute évidence, la norme de 3 V/m qui est actuellement appliquée en Région wallonne reste très insuffisante pour la protection de la santé. Certaines personnes, électrosensibles, ressentent des désagréments en-deçà des 3V/M. De plus, des incertitudes planent encore sur le sujet concernant notamment les effets à long terme de l’exposition des populations à ces rayonnements.

Le Gouvernement wallon s’est engagé dans sa Déclaration de Politique Régionale « à adopter une norme qui tienne compte du principe de précaution et des éventuels effets thermiques et non thermiques sur la santé de la population ». Et afin d’assurer une protection identique aux citoyens des trois Régions et de favoriser un développement harmonieux et concerté des différents réseaux, le Gouvernement wallon s’est également engagé à emboîter le pas à la Région bruxelloise « en prenant comme hypothèse de départ une norme équivalente à 3 volts par mètre maximum à respecter à tout moment et en tout lieu, avec pour objectif cible une norme de 0.6V/m ». Le projet de décret pourrait être voté dans l’année. En ce qui concerne plus précisément la rue Saint Julien, les émetteurs qui sont dirigés en direction des maisons arriveraient à une courbe d’isovaleur de 143 m en longueur et de 6m en hauteur – soit à hauteur du premier étage d’une maison - si toutes ces antennes émettaient en même temps à puissance maximale, ce qui ne correspond pas à une mesure acceptable pour ces habitations.

C’est pourquoi, dans le cadre du processus déjà bien avancé de l’installation de ces émetteurs supplémentaires, les riverains de la rue Saint-Julien souhaitent que dans un premier temps, le bourgmestre prenne ses responsabilités et négocie avec l’opérateur de téléphonie mobile pour faire modifier la direction des antennes GSM afin qu’elles ne puissent pas être orientées toutes dans la même direction à savoir sur les habitations de la rue Saint Julien.

Si celui-ci n'assumerait pas ses responsabilités ,il faudra l'interpeller sur le sujet pour lui rappeller ses obligations. Car la solution est trouvée,il ne reste plus qu' à agir.

Avec vous !
Ecolo La Louvière à vos côtés
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page